Jour après jour

Cycle des sept jours.

Il s’agit d’écrire tous les jours pendant sept jours d’affilé. Cycle symbolique des différents rythmes qui guident les journées, les saisons, l’apparition de l’homme, de sa naissance à sa mort. Chaque poème contiendra soit l’ensemble des cycles soit un ou deux cycles.

Jour Un.

Soleil se cache, attend

Derrière notre Terre

Joue

Hermès Lyre en main

Écarte les nuages

Ciel

Deux massives tours

S’embrasent à l’horizon

Matin

Un visage s’efface

Impression humaine

Voix

Un regard aimé

Étrange pensée

Sourire

Terreau fumant

Jardins suspendus

Radieux

Doux mystères habiles

Espaces colorés

Fétiches

Lokapãla saisit ma

Parole si je tombe

Pépée

Jour Deux.

A l’instant un mot

Fils

Échappé d’une phrase

Fils

Voile ton regard

Sombre

Fracas d’une vague

Rocher

Un conte Fanlac

Rêve

Gardien des horizons

Célestes

Drame perdu

Mort

Avec le temps

Léo

Soleil s’abîme

Feu

N’oublie pas de vivre

Écho

Papier de soie

Envol

Jour Trois.

Pauvres humains dit la vieille

Écume

Ouvre tes paupières

Matin

Brumes de montagne

Ivoire

Rouge horizon

Soleil

Majesté inquiète

Austère

Pensées vagabondes

Souffle

Jour Quatre.

Soleil lève le monde

Pluies célestes, ruissellent

Battement d’aile

Sur joue vagabonde

Philomène gambade sur les

Colline de Cales

Le dernier loup délaisse

L’espace de la bourgade

Tâtonnement, Illusion,

Ton Âme perçoit

L’ Ascension de réalité

Fuis le bouclier Ossu

Terre, Soleil, Lune, Etoiles

Firmament, Ordre des Saisons

Espace, Lieu de la Pensée

Andromède, Cassiopée

Attelé à la tâche

Distrait IL s’ennuie

Oiseaux, poissons

Océans majeurs crée

Scène du puits, Lascaux

Adam et Eve soudains, Santons divins

Marchent dans la Savane

A l’ombre des acacias

Enfin repus, l’âme conquise

Tu étends tes lumières

Infans éveillé aux rituels

D’Un avènement.

Jour Cinq.

Dieu a-t-il hésité ?

Sa main a-t-elle tremblé ?

L’humeur pluvieuse de mon âme

Invoque les anciens,

Toi Eugénie, toi Joachim, toi, alice,

Toi Philomène, toi, Denise, toi Louis-Jean, tous d’un lieu

Calès, Meyronne, Pinsac

Mamelons, vallées, a-pics irrigués

Par l’Ouysse ou la Dordogne

Au Rocher percé

Sur le chemin des broutards

Prés du Bastit

Toi, toi et toi encore

Jeannot, Yvon, Jacquie, Lulu

Tous d’une autre ère

D’une autre trempe

Taillés dans le buis

A la serpe

De la vallée ou du causse

Tous

Gardiens des abeilles

Tous

En lutte pour la Vie.

Jour Six.

Jour fuyant, obtu, Androgyne

Tu as cherché, cinq fois tu as touché

Tu souris, satisfait

Soleil se couche dans l’Océan,

Le Noroit cingle nos faces

Des galets blancs dessinent des traces d’oisiveté

Rentrer, boire une verveine brûlante.

Jour Sept.

Les parois abruptes, rugueuses, escarpées

Façonnent mon âme

Le Soleil s’est encore levé à l’Est

La pâle blancheur des fleurs du marronnier

Adoucit l’humeur sombre de l’infans

J’ai touché encore une fois

La main douce

Elle s’est éteinte sans bruit

Dans un dernier souffle

Demain je reprendrais le travail

Demain je me lèverais

Après, après …

Jean-Claude Bourdet, Mai-Juin 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close