Savane

Savane
A Sylvie Basteau

La toile par multiples sentiers
Laisse le regard s’éloigner par-delà
Les grappes volatiles de velours
Dérangées par quelque félin se dispersent
En cris silencieux.

A l’horizon doux de collines sauvages
l’infans court entre les folles graminées
Le sol chaud de l’ancienne Caldera
Assemble sans haine la mémoire blessée
Des pieds agiles fuyant
L’esclavage.

Les arbres parapluie à l’ombre
Des astres redessinent de faméliques
Silhouettes fantomatiques
Errant sous les étoiles
Un cri déchirant ponctue
La tragédie naturelle
Qu’aucun Pedro Calderón De la Barca
N’écrira.

Que fait donc le vent dans les bulbes
Troués par les fourmis
Quel air fredonne-t-il chargé de sable saturé
De sueur de peur d’amour
Vers quel espoir entraine-t-il le marcheur
Solitaire
Quelle eau de vie remplit sa gourde ?

Maîtres de la savane, les Acacias célestes
Songent à l’oracle sacré d’une mythologie
Incertaine
Mystérieuse, surgie, sans tendresse
De temps immémoriaux
Narcisse glorieux
Suspend son pas
Happé par la perspective fuyante.

Le sort des épices roule
Buissons épineux
De chair suspendue
Entre les troncs noueux
Les souvenirs comme le pain
Se consument
Marguerite sans pétales
Messie d’orient à dos de chamelle.

Jean-Claude Bourdet, Avril 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close